Raphaëlle tells her stories from Rwanda in French, as several generations of Rwandans are still francophones. It also helps to begin to address a more worldwide community. Edify wishes to make its blog accessible to those it serves in Rwanda.
[translate_this lang=”fr”]

Depuis que nous avons décidé de rendre visite à toutes les écoles que nous avons eues pendant la semaine de formation, nous nous promenons par monts et par vaux pour trouver nos écoles nichées dans les quartiers inextricables de Kigali.

C’est toute une affaire ces visites.

Il faut tout d’abord arriver à contacter les écoles. Toutes n’ont pas d’email, ou ne les consultent pas. Reste le portable. Et puis dans quelle langue communiquer ? Anglais ? Français ? Kinyarwanda ?

Comme personne n’a d’adresse, il vaut mieux connaître la ville comme sa poche pour pouvoir suivre les indications données par téléphone. Comme nous n’en sommes pas là, nous partons à l’aventure à chaque fois.

Récemment la saison sèche nous permettait de partir sans risquer de se retrouver coincés par un déluge ; mais voilà, nous l’avions vite oubliée, mais la saison des pluies nous a rattrapés !

Ce matin nous sommes partis dans ce qui ressemblait à une anodine averse, qui s’est vite transformée en une tempête tropicale.  On a finalement trouvé l’école, sur un petit chemin de terre en pente où l’eau dévalait en rebondissant.

Je suis arrivée pied-nus à l’école, trempée mais ravie de faire leur connaissance !

L’école Solidarity Academy a été fondée par un couple rentrant d’Ouganda en 1995. James se rappelle : « Nous avons été dévasté de voir dans quel état le pays était. Tout était à reconstruire et le système éducatif nous a parut être une priorité. » Après deux ans d’allers et retours entre le Rwanda et l’Ouganda, James et sa femme se sont installés définitivement à Kigali où leur école se trouve toujours. Ils ont tout quitté pour servir ceux qui en avaient le plus besoin.

Nous voilà donc en train d’écouter une fois de plus une histoire incroyable. Une histoire d’amour entre des hommes et leurs enfants ; prêts à tout sacrifier pour leur assurer un futur meilleur. De quoi inspirer nos éducations nationales respectives…

Nous voilà donc trempés, dégoulinants, criant pour se faire entendre car la pluie tambourine sur le toit de tôle, et je suis pied-nus, en train d’écouter une histoire incroyable.
[/translate_this]